Première contraception : laquelle doit-on privilégier ?

Tuesday, March 01, 2016 | Écrit par La rédaction | 0 Commentaires | Contraception

Commencer sa vie sexuelle est un passage très important dans la vie de toute femme, il doit toujours s’accompagner d’une information adéquate sur les maladies sexuellement transmissibles et autres infections tout comme du choix d’une méthode contraceptive adaptée pour éviter les grossesses non-désirées. Tout âge confondu, on compte une grossesse non-désirée sur trois en France pour 210 000 IVG par an dans l’Hexagone.

Mais justement, quelle première méthode de contraception privilégier ? Laquelle est la mieux adaptée pour une adolescente ? L’avis d’un spécialiste accompagné de ses conseils est nécessaire et la situation doit toujours être étudiée au cas par cas. Cependant, un panorama des méthodes contraceptives les plus utilisées la première fois est toujours bienvenu.

La pilule, le choix le plus populaire

La pilule oestroprogestative est la première méthode de contraception chez les adolescentes en France. Les nombreux avantages qu’offre cette technique séduisent en effet souvent les plus jeunes.

La prise de la pilule est simple et discrète. Elle est qui plus est peu contraignante  et facile d’utilisation: il suffit d’avaler la pastille et c’est tout, aucune intervention d’un professionnel de santé n’est nécessaire. La pilule a également l’avantage d’offrir une grande efficacité, du moins en théorie : 99,7. En pratique, l’efficacité de la pilule baisse, essentiellement à cause des « oublis ». En effet, cette efficacité théorique qui atteint pratiquement les 100% n’est plus dans les faits que de 91 %. La prise quotidienne et son corolaire « l’oubli » sont d’ailleurs les principaux inconvénients de la pilule.

Les effets secondaires bénéfiques de la pilule sur le cycle menstruel de l’adolescente représentent un autre avantage. Le cycle menstruel chez l’adolescente est souvent irrégulier, douloureux (dysménorrhée), les règles sont abondantes (hyperménorrhée), durent plus longtemps (l’inverse étant aussi vrai). L’apparition d’acné est aussi constatée. La prise de la pilule permet de mettre un peu d’ordre, de réguler le cycle.

Peu de contre-indications pour l’utilisation de la pilule

Un bilan de santé complet pour rechercher d’éventuelles contre-indications doit toujours être réalisé par le professionnel de santé qui prescrit la pilule. On analysera notamment les antécédents familiaux afin d’évaluer les risques de thromboses veineuses ou artérielles. Le dosage dans le sang du taux de cholestérol, des triglycérides et de glucose ainsi qu’un frottis cervicaux doivent également être effectués.

Cependant, dans les faits, peu de contre-indications existent. Par contre, une prévention et informations complètes sur les risques associés à la prise de la pilule et à la consommation de tabac devrait toujours être réalisée par le professionnel de santé.

Autres méthodes contraceptives

Dans certain cas, la prise de la pilule oestroprogestative n’est pas adaptée : contre-indications à l’œstrogène par exemple. Si l’adolescente a déjà subi une IVG, il faudrait également envisager de changer de méthode contraceptive. La mise en place d’un stérilet, d’un implant de progestatifs ou d’injections trimestrielles peuvent représenter une alternative adaptée.

Enfin, et quelque soit la méthode contraceptive choisie, il ne faut jamais oublier le port du préservatif lors de chaque rapport. En plus d’un effet contraceptif, le préservatif protège adolescentes et adolescents des maladies sexuellement transmissibles. Ces dernières sont d’ailleurs en augmentation, plus encore chez les jeunes de moins de 25 ans.

Sources

Poster un commentaire

Votre nom:*
Votre E-mail:
Votre commentaire:*
  Envoyer
Acheter Ma Pilule
Service Patients ouvert
09 75 18 71 63