Quelle contraception en cas d'hypertension ?

Monday, March 07, 2016 | Écrit par La rédaction | 0 Commentaires | Contraception

C’est un fait indiscutable : l’hypertension artérielle affecte de plus en plus la gente féminine. 22 % des femmes, soit environ 6 millions, seraient traitées pour hypertension dans l’Hexagone et ce sont bien les maladies cardiovasculaires qui sont les premières causes de mortalité chez les femmes (et non pas le cancer).

Quand on sait que certaines méthodes contraceptives augmentent les risques cardiovasculaires comme les thromboses veineuses et que 7 % des femmes affirment avoir souffert d’hypertension au cours de leur contraception, on est en droit de se demander : dans un tel contexte, quelle méthode contraceptive choisir en cas d’hypertension ?

Prudence et surveillance sont de mises

D’après « Le Généraliste », magazine scientifique destiné aux médecins généralistes, si le recours à la contraception hormonale en cas d’hypertension n’est pas contre-indiqué (sous certaines conditions), la prudence s’impose, à plus forte raison avec les pilules œstroprogestatives. Ainsi, elle ne devrait être prescrite que chez les femmes de moins de 35 ans, qui sont bien équilibrées par le traitement antihypertenseur et qui ne présentent pas d’autres complications et facteurs de risque. Dans les autres cas, la contraception œstroprogestative est par contre « formellement contre-indiquée ». La revue précise également que les études manquent encore concernant les implants et DIU à la progestérone et en ce qui concerne le DMPA en injections trimestrielles, il ne peut être envisagé que dans la mesure où la pression artérielle est bien contrôlée.

Quelle contraception choisir lorsque l’on fait de l'hypertension ?

Une contraception progestative pure c'est-à-dire sans œstrogènes, comme les pilules micro-dosées ou encore le stérilet hormonal et l’implant. En effet, c’est l’association progestatif et œstrogène qui a un effet négatif sur la pression artérielle. Un stérilet en cuivre peut également être une solution adaptée.

Contraception et hypertension : facteurs de risque

La prescription d’une pilule ou d’un autre moyen de contraception hormonal demande donc une surveillance accrue de la pression artérielle mais également du taux de cholestérol, à plus forte raison en cas de facteurs de risque supplémentaires. Une femme ayant déjà eu des antécédents cardiovasculaires est naturellement plus exposée et doit être surveillée plus attentivement : thrombose veineuse, hypertension, diabète, accidents vasculaires cérébraux, prédisposition génétique... Les femmes qui ont des antécédents familiaux (parents, frères, sœurs, enfants) doivent être sujettes elles aussi à une surveillance plus accrue. L’âge est également un facteur de risque à prendre en considération. Enfin, une information sur la consommation de tabac doit être réalisée : tabagisme et pilule ne font pas bon ménage. Certains moments dans la contraception d’une femme sont plus dangereux et demandent donc une attention particulière : durant la première année du traitement, lors de la reprise d’un traitement contraceptif, lors d’un changement de contraceptif oral (changement de génération).

Pour résumer, les méthodes œstroprogestatives sont généralement contre-indiquées en cas d’hypertension et demandent dans tous les cas un suivi régulier. On préfèrera alors un DIU en cuivre ou des contraceptifs hormonaux sans l’association progestatifs et œstrogènes.

Sources et liens utiles

Poster un commentaire

Votre nom:*
Votre E-mail:
Votre commentaire:*
  Envoyer
Acheter Ma Pilule
Service Patients ouvert
09 75 18 71 63